Follow us on FacebookFollow us on Facebook
Follow us on TwitterFollow us on Twitter
LinkedInLinkedIn
Follow us on YoutubeFollow us on Youtube
Offres d'emploiToutes les offres...
- En France
- A l'International


Covid-19 : Trois députés s'inquiètent de la situation dans les casinos et le monde de la nuit
Ils déplorent dans une lettre au premier ministre que ces secteurs d'activité soient ignorés dans tous les discours officiels


Trois députés, Christophe Blanchet (Calvados, LREM), Pascale Fontenel-Personne (Sarthe, LREM) et Philippe Gosselin (Manche, Les Républicains) ont adressé, mardi 19 mai, une lettre au premier ministre, Edouard Philippe, pour s’inquiéter de la situation du monde de la nuit d’une part et du secteur des casinos d‘autre part.

Se réjouissant du plan de 18 milliards d’euros pour le Tourisme, les trois élus relèvent toutefois que « certes, nombres des filières du secteur touristique sont rassurées, mais certains sont encore les grands oubliés. Peu de politiques prennent la parole pour porter les demandes pourtant légitimes et urgentes de milieux peu médiatisés, acteurs essentiels de la vie sociale et économique participant à l’attractivité de nos territoires. Nous voulons bien sûr parler du monde de la nuit : les bars à ambiance musicale, les restaurants à ambiance musicale, les cabarets, les clubs divers et variés, les discothèques et des casinos.

« Ces entrepreneurs et leurs salarié(e)s se sentent clairement abandonnés et attendent de nous des réponses, un soutien mais aussi de la reconnaissance. Dans les discours officiels, pas un mot pour eux, comme si les mots casinos et discothèques étaient tabous.

« Pourtant, les établissements de nuits représentent 6.500 structures, 50.000 emplois et 2 milliards d'euros de chiffre d’affaires. Alors que la profession était engagée dans une réflexion profonde sur sa place dans la société et pour son avenir, en particulier par la publication d'un Livre Blanc de la nuit fin 2018, la fermeture qui leur a été imposée dès avant le confinement leur a porté un coup terrible. Tous ces établissements dépendent de la branche des Cafés, Hôtels, Restaurants et Discothèques (chrd). Vous citez régulièrement, à juste titre, le secteur de l’Hôtellerie et Restauration, les « chr » mais passez sous silence le « d », pourtant vital à l’équilibre de cette branche et créant ainsi pour celle et ceux concerné(e)s un sentiment d’abandon.

« Les casinos, quant à eux, représentent 200 établissements, 15.000 emplois directs et 45.000 emplois indirects, et 2,4 milliards d'euros. Rien ne leur serait plus facile que de faire respecter la distanciation sociale, devant une machine à sous par exemple ou toute activité de jeu ne nécessitant pas de croupier. Pourtant, eux aussi sont dans le flou pour ce qui concerne leur réouverture, même partielle, ce qui ne manquera pas de gravement grever le budget des communes touristiques qui les accueillent. Avec le report des pratiques des joueurs vers les jeux en ligne et l'absence d'activité, de nombreuses communes touristiques, pour lesquelles un casino représente un apport primordial, s'inquiètent.

« Ne faut-il pas déjà revoir à la hausse et durablement le plafond ou la limite mentionnés à l'art. 302Bis ZI du Code général des impôts afin de compenser un peu les pertes des revenus des communes ? Quand pourrons-nous leur donner des perspectives d’avenir ?

« Le jour où ces lieux festifs rouvriront constituera une réelle victoire sur le virus. Ce n'est qu'alors que nous pourrons parler d’un déconfinement bien engagé et prometteur. Pour ce faire, vous pouvez faire confiance à des professionnels responsables qui sauront, comme tous les autres chefs d’entreprises, prendre les mesures nécessaires pour la sécurité de leurs salarié(e)s et de leurs clients ; soyez-en convaincu ! En attendant, la nature ayant horreur du vide, des soirées privées s’organisent dans la clandestinité avec les risques que nous connaissons : sanitaires, économiques, sociaux et sécuritaires. Cette situation n’est pas acceptable.

« Monsieur le Premier Ministre, le monde de la nuit et les casinos attendent eux aussi leurs dates, ou a minima leurs calendriers, pour que la convivialité et la festivité, le brassage social, la vie, le jour reviennent dans leurs établissements. Les Français ont dansé et joué confinés chez eux, ils veulent maintenant se retrouver et partager de nouveaux moments de fraternité ensemble. Il est temps que ces établissements de loisirs rouvrent leurs portes et ils attendent un signe de votre part car ils sont prêts à redonner aux Français le sourire et la joie » concluent les trois députés.

Christophe Blanchet avait écrit, le 29 avril, au ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, pour s’inquiéter déjà, mais sans succès de la situation des casinos et de leur répercussion sur l’état des finances des communes accueillant un établissement de jeux.

(Journal des Casinos).FA/20/5/20




Reproduction strictement interdite : lire notre avertissement


Évènements



Partenaires media

Bourse







*Si vous cochez la case Connexion automatique, un cookie sera déposé sur votre ordinateur afin que vous soyez automatiquement reconnu. A chacune de vos visites, sa date de fin d'activité sera repoussée de 10 jours